Les demoiselles de Rochefort

PARFOIS, LA VIE EST UNE DANSE!

Lettre d’une admiratrice à Jacques Demy
(été 1990)

«Monsieur, voilà des années que j’hésite à écrire cette lettre. Je voulais grandir afin qu’elle ne fut pas trop maladroite ou enfantine. Je me décide aujourd’hui et pourtant je sais qu’elle le sera.

Renoir a écrit ❝Dans ma vie et mes films❞: – Le public est reconnaissant à l’auteur de lui avoir dévoiler que l’escalier de son immeuble peut parfois mener au château de la belle au bois dormant. –

Vos films m’ont tant appris que je vous dois cette lettre comme l’expression de ma reconnaissance. J’ai appris par vos films à regarder la vie en superposant une volonté d’enchantement à la lucidité acide. Oui, vos films exhortent à se précipiter dans la rue pour la repeindre du regard. J’ai aimé la vie grâce à vos films parce qu’elle y est à la fois exaltée et percée à jour, cruelle et enchantée. Vos films donnent le goût du bonheur, le plaisir d’attendre, la force d’attendre en étant attentif à tout.»

_

599219_359630990812165_1240355659_n

Le film

Les demoiselles de Rochefort

(1967) – 2 h

◊ ◊

La trame sonore

Les demoiselles de Rochefort (1967)  – 41 m

◊ ◊

DEMY, JACQUES (1931-1990) | source: Encyclopædia Universalis

http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-demy/

Publicités
Cet article a été publié dans Cinéma sur la toile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.