Le chat dans le sac

 

LA VIE SANS ARTIFICE

Hiver 1964. Montréal. Claude et Barbara forme un couple très nouvelle vague. Ils s’offrent à la caméra de Gilles Groulx sans complexe. Par-delà leur attirance réciproque, les amoureux s’agitent en tout sens sans que rien ne les soude vraiment l’un à l’autre. Barbara est enthousiaste face à l’avenir. Elle a 20 ans. Elle est anglo-québécoise et respire la vitalité d’une jeunesse pleine d’espoir. Elle se voit comme une intellectuelle. Rien de moins. Claude, lui, aspire à une société plus juste, moins marchande, plus fraternelle. Mais il hésite à s’engager. Quelle route doit-il choisir? Jusqu’où doit-il aller? Tout cela vaut-il la peine? «J’ai 23 ans, dit-il. Je suis canadien-français donc je me cherche.»

Film phare de la cinématographie québécoise des années 1960, « Le chat dans le sac » est assurément le chef-d’oeuvre de Gilles Groulx. En 73 minutes bien tassées et John Coltrane à la trame musicale, le cinéaste va à l’essentiel: la dualité des personnages mis en scène, par les idées qu’ils formulent, fait apparaître peu à peu des mondes incompatibles. Arriveront-ils, malgré tout, à faire oeuvre commune? Ou choisiront-ils de devenir, sans le savoir, les archétypes d’un monde en changement?

Christian Dupuy

_

Chat dans le sac

_

Le chat dans le sac (1964) – 1 h 14 m

◊ ◊

GROULX, GILLES (1931-1994) | source: L’encyclopédie canadienne

http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/gilles-groulx

◊ ◊

Pour ceux qui voudraient approfondir la connaissance de cette oeuvre, lire absolument:

Paul Beaucage, (2009), « Gilles Groulx, le résistant », (préface de Jean-Marc Piotte), Lux éditeur, p. 83-110.

Publicités
Cet article a été publié dans Cinéma sur la toile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.