Humains du Plateau (suite)

Parce que le gris m’assomme de temps en temps, que la crainte d’empester l’ennui me tenaille, je marche alors jusqu’au boulevard St-Laurent. Un bref parcours de cinq minutes en ligne droite et je reçois des tonnes de couleurs en cadeau de bienvenue. Je suis à l’est de la modération. Tout explose.

De Sherbrooke à l’avenue des Pins, je vois rouge.

Éclaboussures historiques de l’artère principale ou montée allumée vers le Plateau, les signaux sont incandescents. Vifs et écarlates. Brasserie japonaise, confiserie, restauration rapide, librairie, débit de boissons, les commerces s’entendent pour incendier nos désirs. La bave coule et l’argent circule. Des odeurs de tomates s’échappent des sacs à provisions, des mots anarchistes sont tatoués sur les murs décrépits et une enseigne de bar s’étiquette carrément Le Rouge.

Agréable surprise au sud de Prince-Arthur, une murale à grande échelle du collectif En Masse s’est dessinée au courant de l’été. Elle se colore de carmin pour introduire le tennis avec grâce dans l’univers montréalais. Ces créateurs, fanatiques du noir et blanc ont succombé à la passion de l’empourpré afin d’illustrer une ferveur sportive.

Ça me donne envie de courir en jupette pour frapper une balle, mais l’espace vacant sans brique dressée devant mon nez, est un stationnement bourré de voitures similaires. Aux couleurs de perles. Si je savais conduire, j’irais flanquer une bagnole tavelée de rouille dans le lot, puis je ferais dégouliner des gallons de latex aux coloris rutilants sur sa carcasse. Ensuite, les néons de La Main électriseraient le tableau.

Un régal pour les yeux. Un totem urbain.

Si vous deviez prêter une couleur à la rue St-Laurent, quelle serait-elle?

J’ai les joues en feu et songe à diriger mes prochains pas vers une palette de tons plus modérée avant de m’embraser pour une rue qui s’étire longuement hors du Plateau.

À suivre…

Michèle Sénécal

Michèle Sénécal V2

Publicités
Cet article a été publié dans │ Portrait • Sénécal. Ajoutez ce permalien à vos favoris.