Ascenseur pour l’échafaud

LE DÉTAIL QUI COINCE… TOUT!

Ils s’aiment et se sont jurés de prendre tous les moyens pour qu’il n’y ait plus d’entrave à leur amour. «Je t’attendrai à la terrasse du Royal Camée comme d’habitude, dit-elle au téléphone. Quand tout sera fini, tu prendras ta grosse voiture, tu t’arrêteras en face, je monterai à côté de toi… Et nous serons libre!». Pour cela, un homme doit mourir. Le mari gênant. Tout a été prévu. Le crime parfait…. Enfin presque! Dans sa hâte de quitter les lieux de l’acte criminel libérateur, l’assassin remarque qu’il a laissé derrière lui un indice compromettant. Pendant ce temps, Miles Davis nous enchante de ses élans sonores qui texturent tout le film, voire même Paris, et surtout, nos esprits bouleversés. Grâce à ses géniales improvisations, le jazzman transfigure le drame qui se déroule sous nos yeux. Co-créateur de ce chef-d’oeuvre en quelque sorte, il offre à Louis Malle une occasion rêvée. Dorénavant, il est envisageable de voir et d’entendre le cinéma autrement.

Christian Dupuy

_

Ascenseur affiche

_

Le film • Ascenseur pour l’échafaud (1957) – 1 h 31

 

_

Ascenseur disque

_

Miles Davis à l’oeuvre sous le regard attentif de Louis Malle

_

_

Le disque • Ascenseur pour l’échafaud (1957) – 1 h 11

_

_

Publicités
Cet article a été publié dans Cinéma sur la toile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.