L’émission « Le temps d’une chanson »

L’HISTOIRE EN MUSIQUE

Incursion au cœur des archives et de la mémoire de la musique, Le Temps d’une chanson, animée avec brio par Catherine Pépin les samedis matin sur les ondes d’Espace musique, c’est tout sauf une émission axée bêtement sur les palmarès. D’une durée de 2h00, l’émission débute toujours avec des pièces de l’entre-deux-guerres et des années 30, « la chanson réaliste avec le son poussiéreux des 78 tours » comme aime les qualifier l’animatrice. Par la suite, Catherine Pépin nous fait évoluer dans le temps pour terminer l’émission avec des chansons des années 70. L’émission est ponctuée d’archives et d’anecdotes racontées sur le ton de la confidence. Pour les habitués, une accoutumance qui croît avec l’usage et j’en suis une. Madame Pépin a généreusement répondu à mes questions qui permettront à nos lecteurs de découvrir cette formidable émission.

_

Catherine Pépin

_

Myriam D’Arcy : Quelles sont vos influences artistiques et intellectuelles? Les sujets qui vous passionnent?

Catherine Pépin : Je m’aperçois que mon parcours (universitaire et professionnel) est plutôt en accord avec mes goûts (une chance!). J’ai une formation en histoire et en journalisme : j’ai étudié l’histoire deux ans à l’université à Paris et un an à Montréal.

Ensuite, j’ai étudié en journalisme à l’Université de Montréal. J’ai toujours aimé l’histoire, en particulier le XIXe et le début du XXe siècle. C’est très difficile d’évoquer nos influences en trois phrases, mais mon histoire familiale a sans doute laissé une empreinte sur mes goûts : mon père était peintre, un Parisien féru d’histoire et fou de Brassens, et ma mère est Autrichienne, versée dans la musique et imprégnée de l’esprit viennois. J’ai moi-même vécu à Vienne et j’adore la richesse culturelle de cette ville.

MDA : Comment est venue l’idée de cette formidable émission « Le temps d’une chanson »? Pouvez-vous nous expliquer ce que vous souhaitez offrir au public?

Catherine Pépin : Alors là, je dois donner tout le bénéfice à ma réalisatrice Catherine Dupuy. C’est une passionnée de chansons et au printemps 2012, elle m’a proposé ce concept de chansons des années 30 à 70, enrichi d’extraits d’archives de Radio-Canada. Pour tout vous dire, je n’ai pas su voir d’emblée que cette émission allait tant me plaire. Jusque-là, dans mon parcours, je faisais beaucoup d’entrevues sur le terrain, je me nourrissais de rencontres, adorais mener des entrevues…

Mais sans doute d’autres personnes autour de moi ont-elles su que j’allais m’approprier l’émission. Je dis souvent qu’avec «Le temps d’une chanson», je convoque les fantômes : ceux de Brassens, Trenet, Barbara, Ferré, Léveillée, Félix… Sans vouloir sembler trop ésotérique (pas le genre de la maison…) j’ai réellement le sentiment d’entrer en contact avec ces artistes, de converser avec eux d’une certaine manière… Les archives sont un outil extraordinaire : entendre la voix parlée d’un disparu nous en dit long sur sa sensibilité, ses intentions artistiques et souvent, on retrouve dans des entrevues du passé des informations introuvables ailleurs.

Ce que je souhaite offrir avant tout avec cette émission, c’est à la fois un voyage émotif dans notre jeunesse ou notre enfance (la chanson est un vecteur formidable de souvenirs), et en même temps raconter des histoires sur le contexte de création des chansons. Parler de chanson, c’est parler d’histoire, de sociologie, d’art, etc. Au fond, je tente de raconter la grande Histoire collective à travers des chansons qui nous racontent nos petites histoires individuelles.

MDA : Comment se fait votre recherche de thème ou de sujet? Est-ce qu’ils sont toujours déterminés par un anniversaire à commémorer ou un sujet d’actualité (je pense ici au 50e anniversaire du décès de Piaf ou votre récente émission sur la musique en temps de guerre)?

Catherine Pépin : Au début de la saison, en septembre, nous établissons un calendrier des commémorations et nous choisissons des dates pour des émissions spéciales. L’année 2013 a été très riche : le 100e anniversaire de naissance de Charles Trenet[1], le 50e anniversaire de décès de Piaf[2] et le 25e anniversaire de la mort de Félix[3].

Chaque année, autour du 11 novembre, nous consacrons une émission à la chanson en temps de guerre : les histoires, les archives, le répertoire est d’une richesse inouïe et c’est une «spéciale» qui me tient particulièrement à cœur. Les auditeurs se rappellent leur père parti au front, leur grand-père, leur mère restée seule… C’est très émouvant.

Par ailleurs, cette année, lorsque Georges Moustaki nous a quitté, nous avons conçu rapidement un segment spécial autour de ce grand artiste.

Nous veillons cependant à ne pas trop encombrer la programmation avec des émissions spéciales. J’aime aussi la liberté qu’offre une émission standard avec sa part d’inattendu : l’auditeur ne sait jamais où je le mène…

MDA : Quels sont vos artistes préférés? Au Québec ou ailleurs et pourquoi?

Catherine Pépin : J’ai énormément d’affection pour Félix Leclerc, cette force tranquille qui a ouvert la voie à tant d’artistes derrière lui, au Québec comme ailleurs. J’ai également un respect infini pour Charles Trenet qui a fait preuve d’audace et de fougue très tôt dans sa carrière, influençant lui aussi tant et tant d’auteurs-compositeurs. D’une manière générale, je suis séduite par ceux et celles qui brisaient les conventions. Quand Trenet a chanté Verlaine sur un air swing dans les années 30, il faut comprendre que c’était révolutionnaire!

Comment souhaitez-vous qu’on reconnaisse ou commémore leur apport à notre culture?

Catherine Pépin : Alors là, c’est tout simple : enseignons les chansons dans les écoles! De grâce, faites entrer Félix, Vigneault, Brassens dans les cahiers de poésie des petits! Et dès la maternelle! Je connais par cœur «Le petit cheval blanc» de Brassens parce que, du haut de mes 6 ans, cette chanson qui se termine sur la mort du canasson dans la tempête m’avait bouleversée!

MDA : Trouvez-vous que la musique québécoise se porte bien? Et si oui, pourquoi?

Catherine Pépin : Vaste question! Je pense que si Félix voyait ses héritiers aujourd’hui, il ne serait pas peu fier : les Louis-Jean Cormier, Sœurs Boulay, Stéphane Lafleur, Ariane Moffat sont la preuve que l’écriture se porte bien au Québec. Un savoir-faire «distinct» mais libéré de toute folklorisation quand il s’agit de s’exporter.

MDA : En terminant, je ne peux m’empêcher de reconnaitre le titre d’une belle chanson de Claude Léveillée. Y’a-t-il un lien avec lui? Un hommage?

Catherine Pépin : C’est un double-hommage : à Serge Gainsbourg et sa Javanaise («Nous nous aimions, le temps d’une chanson») et à Claude Léveillée («Le temps d’une chanson, le temps de dire je t’aime»). Voyez comme les deux phrases se rejoignent et me rappellent chacune cette si belle pensée de Sylvain Lelièvre : «Une chanson, c’est une tentative d’amitié».

___

Myriam D’Arcy

Détentrice d’un baccalauréat en Science politique à l’Université du Québec à Montréal, Myriam D’Arcy poursuit présentement une maîtrise en histoire à la même université. Depuis 2010, elle est responsable de l’animation politique et des évènements de commémorations nationales au Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ). Elle est aussi chargée de projets à la promotion de l’histoire nationale à la Fondation Lionel-Groulx. Depuis quelques années, elle collabore à différents projets de recherche en histoire du Québec. Passionnée par l’histoire et la culture québécoises, elle s’intéresse aux artistes d’ici, d’hier à aujourd’hui.

Myriam D'Arcy photo site PAC

___

L’émission « Le temps d’une chanson » est diffusée tous les samedi matin dès 10h et en rediffusion les dimanche à 23 h et à 01 h.

Page Facebook  ➢  https://www.facebook.com/tempschanson

Site  ➢  http://www.espace.mu/espace-musique/animateurs/pepincatherine

Animation : Catherine Pépin

Réalisation : Catherine Dupuy

___

___

Publicités
Cet article a été publié dans │ Temps fort • D'Arcy. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’émission « Le temps d’une chanson »

  1. Ping : L’émission « Le temps d’une chanson » | Coups de coeur d'ici

  2. Ping : Rolling Stones, la French Connection | Plateau Arts et Culture

  3. Ping : La fête de Félix | Plateau Arts et Culture

Les commentaires sont fermés.