La grande bouffe

LE DERNIER REPAS

Quatre amis décident de se réunir autour d’un festin inouï. Ils ont le profil social à qui tout leur réussi. L’un est pilote d’avion (Marcello Mastroianni), un autre est magistrat (Philippe Noiret), un troisième est producteur de télévision (Michel Piccoli) et le dernier est restaurateur (Ugo Tognazzi). Cette réussite professionnelle apparente cache néanmoins un mal de vivre chez les protagonistes. Même qu’on peut dire qu’ils sont au bout du rouleau.

Cette réunion qu’ils veulent en-dehors du monde, c’est le festin des copains d’abord. Une cérémonie orgiaque où les plats qu’on partagent constituent le dernier lien fraternel ici-bas. C’est un repas jamais vu au cinéma. Lorsque le camion de livraison fait voir le gibier qui sera au menu, Michel ne peut s’empêcher de partager sa joie avec Marcello: «Regarde! Quelle splendeur cet arrivage, non?» Et le livreur de faire entendre sa voix: «Trois douzaines d’innocents coquelets des Ardennes, vingt douzaines de poulets de Brest, cinq jeunes agneaux du Mont Saint-Michel…»

Avec tant d’abondance, la suite du scénario est écrite. Le Radeau de la Méduse n’est pas loin. Cette expérience en communauté sera donc celle de tous les excès. Manger pour vivre intensément la confrérie. Manger pour aller au bout d’eux-même. Manger… parce qu’il n’y a plus d’autre issue.

Christian Dupuy

_

la-grande-bouffe-original1

___

▸  La grande bouffe

(1973) – 2 h 05 m

Marco Ferreri

Festival de Cannes 1973 – sélection officielle

Publicités
Cet article a été publié dans Cinéma sur la toile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.